Tu zieutes...
Amours & Humeurs, Et pour monsieur ?, Maman au naturel

Le guide du parent vraiment indigne

19/04/2012

La parentalité se divise en deux catégories. Les indignes qu’on serait tentés de dénoncer à la DDASS. Oui mais jamais assez indignes pour que les autres Parfaits (soyez maudis) ne parviennent à leur soutirer du marmot à redresser. Rédaction solidaire et appliquée d’un guide inspiré d’une histoire vraie. Volume I.


En ces heures d’incertitude électorale ("Pour qui c’est que j’men va voter ?"), je me propose de vous coller à l’oreille avec force conviction qu’il importe peu que Gauche ou Droite ne s’empare du trône (déjà que j’ai du mal à faire le distinguo pour mes mains).

Ce qui est pour l’heure immuable est que vous êtes et resterez un parent indigne dont voici les véritables valeurs. Par ailleurs, j’en profite pour vous glisser des tas d’exhortations consuméristes au possible, si astucieusement planquées dans ce texte que vous n’y verrez que du feu.

1°) L’indigne ne jure que par le Sportswear


Ôté que l’indigne fut traumatisé dans son enfance par un look de semi-clochard affectionné et donc imposé par sa mère, il n’y avait aucune raison pour que Têtarde ne souffrît la même destinée. L’indigne privilégie pour sa progéniture, le confort et le pratique à l’esthétique (lui en revanche ne lésinera pas sur le slim étriqué et le costard étouffant). Il sait où se fournir en mini-leggings et baskets, et maîtrise l’art de planquer robes et jupettes roses offertes par mamie (au fond de l’armoire, à gauche) pour ne les ressortir qu’en weekend.

2°) L’Indigne ne s’extasie pas devant Têtarde


Voyez-vous, ce n’est pas que Têtarde est moche. Mais l’indigne aime à savoir que la jolie façade de son rejeton ne lui deviendra pas un fardeau dans un avenir proche. Il est donc ravi de s’attarder sur ses oreilles décollées et le petit trou entre deux chicots, se disant que la vie lui donne l’opportunité de briller (ou non) par ces trucs invisibles qu’on appelle cervelle et cœur. Bien trop souvent en mode off chez les bogoss et bombasses en devenir, selon l’indigne. Qu’on ne s’y méprenne pas cependant. Le Têtard de l’indigne reste le plus cool et le plus parfait car l’abject personnage ne peut malgré tout, se résoudre à dénigrer un petit bout de lui-même. Et ce, bien qu’il n’entre dans une transe en le voyant. La bave au coin des lèvres ? C’est qu’il vient de se réveiller d’une longue pionce bien méritée. D’ailleurs à ce propos…

3°) L’indigne est sourd, donc il dort. Longtemps.


Le matin, l’indigne n’entend pas Têtarde prétendre qu’elle a faim. Alors le p’tit morceau se roule en boule dans sa paillasse et se rendort. Profitant de ce sursis, les indignes (ils sont souvent deux le matin) mènent entre eux, une bataille aussi acharnée que passive (les yeux fermées) pour pousser l’autre à sortir très vite de sa feinte torpeur, enfiler les pantoufles du Parfait (berk…) et se traîner non sans un râle de souffrance, en direction de la cuisine.

4°) L’indigne sait qu’il y a pire que lui. Véridique.





5°) L’indigne ne désinfecte pas sa Têtarde tous les jours


Un bain ou une douche tous les deux jours (parfois un peu plus, avouera l’indigne). Son corps, en dépit de l’infestation microbienne dont il est l’objet, est capable maintenant de faire le tri et d’expulser les hôtes indésirables avec efficacité, lorsque ceux-ci se font vraiment mauvais et virulents. D’ailleurs, l’indigne attend toujours la guest Varicelle qui ne s’est jamais donné la peine de pointer un sein malgré les nombreux pass-VIP adressés à son attention. Et ce n’est pas faute d’avoir envoyé Têtarde en collectivité. D’autre part, depuis que Têtarde a été pondue, l’indigne n’a pas jugé utile de stériliser ses biberons et/ ou accessoires d’allaitement. Ou si une fois. Pour faire partir une tâche de gras chopée à trop s’encanailler avec une casserole crasseuse.

6°) L’indigne encourage la coopération Têtardo-clebs


Pas d’amour fou (on est pas chez les Ingalls ici). Chacune considère l’autre comme un meuble mouvant, capable de lui ouvrir des portes attrayantes de temps à autre. Une relation qui trouve ses fondations dans un opportunisme bilatéral. Quoi qu’il en soit, ce rapport anti-glamour est le fruit d’un effort soutenu dans la négation des notions de peur et de suprématie. Et zou, réprimande équitable à qui voudra du mal à l’autre et / ou fera pipi / caca au sol (un têtard de deux ans partage de nombreux points communs avec un chien).

A se faire les dents sur le même parquet, Têtarde et clebs ont assimilé une règle essentielle de la survie en milieu hostile, à savoir le "Ne me fais pas chier et je te laisse tranquille". Elles partagent également un langage connu d’elles seules, fait de gestes et d’onomatopés codés. L’indigne suppose qu’il leur sert à passer des deals en toute discrétion. Quoi qu’il en soit, l’indigne se contente de faire le vigile : surveillance rapprochée et intervention constructive ("NAN MAIS T’ES PAS UN PEU MALAAAADE OU QUOI ?!") lorsqu’il y a coup bas (vol de biscotte, kidnapping de jouet couinant, pouss-poussette dans tes dents, etc.).

A suivre.

[Parce que rappelez-vous, l'indigne est un être fatigué.]

About these ads

À propos de Pastille

Le blog que je sais même plus pourquoi je l'ai crée.

Je réponds !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • 54,564 hits

Pastille ?

Cliquez-ici pour suivre l'actualité de ce blog, et recevoir par mail, des notifications de nouveaux posts.

Rejoignez 725 autres abonnés

Mes rubriques !

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 725 autres abonnés

%d bloggers like this: